Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 14:16

Le Pays Bigouden (en breton, Ar Vro Vigoudenn), anciennement Cap Caval, est une aire culturelle du sud-ouest du Finistère. Il est connu par la haute coiffe que portent ses habitantes jusqu'aux premières années du XXIe siècle, et par Le Cheval d'orgueil de Pierre-Jakez Hélias. La pêche joue un grand rôle dans son économie.

Coiffes du Pays Bigouden
Coiffes du Pays Bigouden

Bien avant la Révolution française, l’habit du Pays Bigouden s’était déjà différencié du reste de la Bretagne. C’est au cours du XIXe siècle que les ornementations font leur apparition sur le gilet masculin et sur le plastron féminin. Présent au musée départemental breton à Quimper, le plus ancien costume daté connu affiche son acte de création : 1814.

À compter de cette époque, la spécificité bigoudène s’exprime dans l’évolution des motifs, tels la plume de paon ou la corne de bélier, ainsi que dans les couleurs vives (jaune, rouge, orangé) sur fond noir (drap ou velours) pour former les costumes et coiffes que confectionnaient les femmes et filles de pêcheurs.

Coiffes du Pays Bigouden
Coiffes du Pays Bigouden
Coiffes du Pays Bigouden

Chez les femmes, les jupes superposées cèdent leur place aux volants étagés, puis à une jupe recouverte d’un tablier qui lui aussi va se couvrir de broderies. Les gilets se métamorphosent également : les manches sont de plus en plus longues, faites de drap ou de velours recouvert de broderies. Le plastron devient une véritable carapace brodée s’étalant sur toute la poitrine.

Les bragou-braz masculins sont peu à peu remplacés par un large pantalon de drap, surmonté d’une veste aux doubles bords brodés comme le large plastron.

Coiffes du Pays Bigouden
Coiffes du Pays Bigouden
Coiffes du Pays Bigouden

Coiffes du pays Bigouden. L’envol de la coiffe est plus récent. La légende veut que la hauteur des coiffes ait été une réponse bravache des femmes à la décapitation des clochers bigoudens, en 1675. En réalité, la coiffe n’a commencé à monter qu’au début du XXe siècle. Au début du XIXe siècle, la coiffe bigoudène était un bonnet emboîtant la tête avec deux ailes tombant de chaque côté, ressemblant aux coiffes des autres régions de France.

Vers 1880, la coiffe ne fait que 5 cm de haut, portée sur le front, le dalet très développé, car il est inconvenant à l'époque de montrer sa chevelure. Vers 1900-1905, elle grandit, toujours à plat. D'un bonnet ne couvrant que le sommet du crâne à un triangle de toile posé sur un édifice d’étoffes brodées ou tissées de fleurs, de velours ou d’argent, la coiffe prend la forme, autour de 1900, d’un petit pain de sucre avec un peigne courbe pour maintenir la verticalité de la coiffe.

En même temps, les broderies s'étendent ; au début du XIXe siècle, juste un petit rectangle au centre de la coiffe était brodé. Dans les années 1925-1930, elle mesure 15 à 20 centimètres ; elle atteint son apogée après la seconde guerre mondiale. Jusqu’à l’an 2000, cette coiffe a oscillé entre 30 et 35 centimètres pour 12 à 14 centimètres de large à la base. Initialement en toile rustique, la coiffe est maintenant en dentelle brodée, de même que les deux rubans qui se sont, eux aussi, couverts de broderies.

Coiffes du Pays Bigouden
Coiffes du Pays Bigouden
Coiffes du Pays Bigouden
Coiffes du Pays Bigouden

Per-Jakez Hélias en parle ainsi : « Une ancienne coiffe à pignon ou à bec qui, d'horizontale qu'elle était, s'est relevée peu à peu pour devenir cette haute parure frémissante qui est un défi au vent et qui oblige les femmes à un port de tête d'une incontestable noblesse ».

La coiffe de cérémonie, qui se porte avec des cheveux longs noués en chignon au sommet de la tête, est constituée de trois parties : 1. la coiffe frontale, appelée bigoudenn, qui tient à la verticale grâce à de l'empois ; 2. la base, appelée taledenn ; 3. les rubans, fixés le long de la coiffe et qui se nouent sous l'oreille gauche, appelés lasenoù.

Coiffes du Pays Bigouden
Coiffes du Pays Bigouden
Coiffes du Pays Bigouden

La coiffe de tous les jours, portée pendant les travaux quotidiens, est le vouloutenn, un simple ruban de velours noir autour du peigne derrière lequel on dissimulait le chignon. Deux exceptions existent quant à la coiffe en Pays bigouden : les femmes de l'Île-Tudy portent un bonnet à dentelles et celles de Kérity la poch flog ou poch dour.

À partir des années 1970-1980, le nombre de coiffes a régulièrement et irrémédiablement baissé dans les communes du pays Bigouden. En 2008 on ne voit plus de coiffes, si ce n'est dans le cadre de manifestations folkloriques. En 2011, il ne reste qu'une seule femme, Maria Le Maréchal, dite Maria Lambour, née en 1911, à porter la coiffe quotidiennement.

Coiffes du Pays Bigouden
Coiffes du Pays Bigouden
Coiffes du Pays Bigouden
Coiffes du Pays Bigouden
Coiffes du Pays Bigouden

Partager cet article

Repost 0

commentaires

blog loisirs, La photo ,marche,nature, Le Chant 01/12/2014 09:20

Merci pour les belles photos de Bigoudènes Alain.

didier-le-brestois 01/12/2014 15:13

c'est un plaisir de présenter de jolies tenues traditionnelles si bien portées...

Présentation

  • : Le blog de gebete.reidid.over-blog.com
  • Le blog de gebete.reidid.over-blog.com
  • : la vie à Brest est dynamique, un IKEA, un tramway, Océanopolis, un stade nautique, un technopole, et des randonnées pédestres et cyclistes dans tout le Finistère. Les Chemins de COMPOSTELLE, La Loire à Vélo, le Chemin de Stevenson...
  • Contact

Recherche

Liens