Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2015 3 05 /08 /août /2015 00:42

Loc-Maria Plouzané en Pays d’Iroise. Chapelle Saint-Sébastien. L’épidémie de peste de 1640 fit 53 victimes parmi la population de Loc-Maria-Plouzané. Pour éviter la contamination, on les enterra à 800 m de l’église paroissiale. Sur ce terrain béni fut édifié un oratoire, puis une chapelle dédiée à Saint Sébastien, reconnu pour protéger des guerres et des maladies contagieuses (Saint Roch également).

Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir
Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir
Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir

En 1892, les habitants de Plouzané, touchés par une nouvelle épidémie, vinrent en procession prier le saint qui les épargna. La chapelle reconstruite en 1862, puis restaurée en 1900 est le lieu d’un pardon le troisième dimanche de juillet. On y chante en breton le cantique de Saint Sébastien.

Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir
Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir
Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir
Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir
Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir

Espace naturel protégé, commune de Plougonvelin. Conseil général du Finistère. La batterie de Toul-Logot. « Le trou de souris », tel est le nom de ce lieu en breton ! Vauban le choisit dans les années 1690 pour y établir une batterie de défense de côte. La batterie provisoire édifiée par Vauban est reconstruite au XVIIIème siècle pour devenir permanente. Elle est vendue en 1857 et devient une ferme jusque vers 1915. En 1984, le Conseil général du Finistère acquiert le site. En 2007, pour les 300 ans de la mort de Vauban, l’association PHASE le dégage de la végétation sous laquelle elle disparaît. En 2007-2012, une fouille archéologique ainsi que des travaux de restauration et de mise en valeur sont réalisés. Au début du XIXème siècle, la batterie est composée de : Une plateforme pour les canons, un corps de garde, un magasin à poudre, une guérite et un gril à rougir les boulets.

Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir
Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir

Le corps de garde. En temps de guerre, ce bâtiment sert au logement des servants des canons ; en temps de paix, il abrite un gardien. La batterie est servie par des miliciens garde-côtes tirés au sort parmi les hommes de la paroisse âgés de 16 à 60 ans. Ils sont soumis à un entraînement (tir au fusil, manœuvre du canon) mais leur valeur militaire est assez limitée, sauf lorsqu’il s’agit d’anciens soldats ou marins. En 1793, le corps de garde abrite 1 gardien et 32 hommes.

Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir
Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir
Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir
Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir

Le magasin à poudre. Le feu aux poudres !

Sans poudre, une batterie de côte est inutile ! Un bâtiment particulier est dédié à son stockage. Deux dangers sont à éviter : l’humidité et le feu. La voûte peut résister aux projectiles, le plancher est isolé de l’humidité du sol. Les ferrures sont en bronze pour empêcher qu’une étincelle ne provoque une explosion. Le magasin n’abrite la poudre qu’en temps de guerre. Des gargousses contenant la quantité de poudre nécessaire pour un tir sont préparées à l’avance. Ici, le magasin à poudre est un ancien corps de garde transformé : les traces des anciennes fenêtres sont encore visibles sur les murs.

Faire parler la poudre ! La batterie est armée de 4 canons en fonte de 18 livres sur des affûts du même type que ceux qui équipent les navires. Chaque canon tire de façon efficace jusqu’à 1700 mètres. Les projectiles sont des boulets en fonte de 18 livres (9 kg), ou des « grappes de raisins » constitués de petits boulets qui se dispersent lors du tir. A 400 mètres, un boulet de 18 livres peut percer la coque d’un vaisseau de guerre.

Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir
Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir
Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir

Le canon et les affûts ne sont installés qu’en temps de guerre. 8 hommes sont nécessaires pour la manœuvre d’un canon. Une équipe bien entraînée peut tirer un coup de canon toutes les 5 à 10 minutes. Mais, peu formés, les miliciens garde-côtes sont rarement d’une grande efficacité. La charge comprend une gargousse en papier ou en toile remplie de poudre, un valet de foin ou de goémon, le boulet puis un second valet. Face à un navire soumis au tangage et au roulis, une batterie est stable : selon un adage de l’époque « 1 canon à terre en vaut 3 à la mer".

Poids du canon : 1600 kg ; poids de l’affût : 350 kg ; poids du boulet : 9 kg ;

charge de poudre : 3 kg ; portée du tir : * efficace : 1700 m ; * maximale : 2500 m.

Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir
Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir
Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir

Le gril à boulets. A boulets rouges ! Ces vestiges sont les restes d’un gril à rougir les boulets utilisés à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle. Cet édifice sert à chauffer les projectiles jusqu’à ce qu’ils deviennent « rouge cerise ». Ils sont alors chargés dans les canons et tirés contre les navires en bois facilement inflammables. En 1811, il faut 4h30 pour chauffer les boulets car le gril est moins efficace qu’un fourneau à réverbère (que l’on rencontre sur d’autres batteries). La manipulation des boulets chauffés au rouge est délicate. Les grils à boulets sont donc une arme d’un emploi difficile mais dont la seule présence suffit parfois à dissuader une attaque ennemie.

Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir
Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir
Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir

La guérite.

Le « guet de la mer ». La guérite offre un abri à la sentinelle chargée de la surveillance de la batterie et du « guet de la mer ». Cette fonction est confiée à la milice garde-côte en temps de paix comme en temps de guerre. Il s’agit de surveiller la côte afin de prévenir l’arrivée de navires ennemis ou un débarquement. Fermé par une porte, le bâtiment comporte probablement une fenêtre donnant sur la mer.

Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir
Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir
Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir
Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir

Le vestibule de Brest. Du XVIIe au XIXe siècle, la batterie de Toul-Logot défend l’anse de Bertheaume, indispensable au fonctionnement du port de Brest. En effet, au temps de la marine à voile, les navires doivent bénéficier des vents favorables du nord-est ou du sud-ouest pour sortir ou entrer dans la rade de Brest (à l’est). Dans l’attente de ces conditions, qui peut durer plusieurs semaines, les navires restent à l’ancre dans les anses de Camaret (au sud) et de Betheaume (au nord). Ces deux sites sont donc essentiels pour le fonctionnement du port de Brest. Pour Vauban, ils en sont le « vestibule ».

Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir
Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir
Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir
Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir

En contrôlant ces lieux, un ennemi empêcherait le départ ou l’arrivée des navires français. C’est ce qui se produit le 30 juillet 1691 : 18 vaisseaux anglais pénètrent dans l’anse de Bertheaume et mettent en fuite les navires français à l’ancre. A cette époque la défense est encore peu développée. Pour pallier cette situation, plusieurs batteries de côte sont construites. Selon la puissance et la portée de son artillerie, chaque batterie protège une partie du plan d’eau et croise ses feux avec les autres.

Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir
Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir
Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir
Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir

Cette défense protège les navires amis à l’ancre et empêche les navires ennemis de les attaquer. Les batteries ont également pour rôle de s’opposer à un débarquement sur la plage du Trez-Hir à l’ouest. Il s’agit du point de débarquement le plus proche de Brest pour une attaque par la terre.

Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir
Rando du 4 août 15, Locmaria Plouzané-Trez Hir

Partager cet article

Repost 0
Published by Didier GEBETE - dans Randonnée Finistère
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de gebete.reidid.over-blog.com
  • Le blog de gebete.reidid.over-blog.com
  • : la vie à Brest est dynamique, un IKEA, un tramway, Océanopolis, un stade nautique, un technopole, et des randonnées pédestres et cyclistes dans tout le Finistère. Les Chemins de COMPOSTELLE, La Loire à Vélo, le Chemin de Stevenson...
  • Contact

Recherche

Liens