Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2015 1 30 /11 /novembre /2015 19:45

La tour Tanguy. La bastille de Quilbignon ou tour de la Motte-Tanguy est bâtie sur un tertre rocheux en bordure de la Penfeld, face au château de Brest, à Recouvrance. Cette tour du XIVe siècle, abrite le musée du vieux Brest. La tour médiévale a vraisemblablement été construite lors de la guerre de Succession de Bretagne (1341-1364) pour protéger ou empêcher, les communications entre les deux rives. Elle fut peut-être édifiée par les Anglais pendant leur occupation de la cité au XIVe siècle ou plus anciennement par le seigneur Tanguy Ier du Chastel, de la lignée des seigneurs de Quilbignon, qui s'illustra dans la lutte de la Bretagne contre l'Angleterre et contribua au développement de la rive droite. Le nom de bastille de Quilbignon fit place à celui de tour Tanguy, prénom porté par plusieurs membres de cette lignée.

entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic

La Maison de la Fontaine et la Fontaine Lunven. Située en plein cœur du quartier de Recouvrance, sur la rive droite de Brest et surplombant la Penfeld, la Maison de la Fontaine est l’un des vestiges du Vieux Brest d’avant-guerre. Une fontaine massive est accolée à l’édifice, réalisée sur ordre de Jean Pierre Lunven en 1760 (maire de Brest de l’époque) et remise en eau en 1992, vient compléter cet ensemble patrimonial pittoresque. Il est en revanche quasi impossible d’apprécier la période exacte de construction de la maison de la fontaine, réalisée en pierres grises de Kersanton et ocres de Logonna (début du 18ème siècle); difficile aussi d’énoncer ses successives affectations et ses différents propriétaires. C’est ainsi qu’en en 1825, Yves Collet, le célèbre chef de l’atelier de sculpture de l’arsenal de Brest, procèda à son acquisition.

entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic

Le jardin des explorateurs. Installé dans la Batterie du cavalier, le jardin des Explorateurs abrite des espèces botaniques rapportées des quatre coins du monde par des explorateurs et des botanistes partis de Brest. Une passerelle en belvédère offre au promeneur une vue imprenable sur le château, l'embouchure de la Penfeld, le port militaire et plus largement sur la Rade de Brest.

entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic

Saint-Sauveur de Recouvrance. L’église actuelle fut dessinée par Frézier ; elle fut construite entre 1740 et 1749, à l’emplacement d’une chapelle dédiée à Sainte-Catherine, qui était située sur les rives de la Penfeld, au niveau de l'actuelle porte Jean-Bart de l'arsenal. L’ancienne chapelle, construite en 1679, était devenue trop exiguë en raison de l’augmentation du nombre d’habitants de Recouvrance et fut détruite en 1724. L’entrepreneur chargé de la construction de l’église, embaucha des ouvriers du port sans emploi. Mais ces ouvriers, plus habitués à la construction et à la réparation navale, ne connaissaient rien à la maçonnerie et l'église que l'on surnomma « l’église du temps perdu » dut être détruite.

La nouvelle construction débuta en 1729, elle est enfin érigée en église paroissiale par Gouyon de Vaudurant (évêque du Léon), le 16 mai 1750, séparée de celle de Saint-Pierre-Quilbignon. D'un style jésuite très simple, faute de ressources, l'église se compose d’une nef à neuf travées et de bas-côtés ; la façade-pignon possède un arc en plein-cintre. Relativement épargnée suite aux destructions de la Seconde Guerre mondiale, elle est aujourd'hui la plus vieille église de Brest. La statue de Notre-Dame de Recouvrance, au-dessus de l'autel latéral de droite, est l'une des rares œuvres religieuses d'Yves Collet.

entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic

L’arsenal de Brest est un ensemble d’installations militaires et navales situé dans la rivière Penfeld, à Brest. Il s’agit de la seconde base navale française, après celle de Toulon. Dans le langage populaire ouvrier brestois, l’arsenal de Brest est aussi appelé l’arsouil’.

1631-1635 : Début des bases de l’infrastructure portuaire.

1674 : Apparition des Magasins aux poudres, de la Cordellerie et de l’Hôpital militaire, voulus par Colbert.

1683 : Création de la forme de Troulan.

1746 : Création des trois formes de Pontaniou à proximité des forges des ancres et des constructions navales. 1750-1751 : Construction du bagne détruit en 1947. Etc… etc…

1938 : Début des travaux de construction du Bassin 10 de Laninon (travaux abandonnés pendant la guerre).

1940 : Construction de la Base sous-marine durant l’occupation allemande. Le port militaire devient une importante base stratégique du Reich.

1963-1964 : Élargissement de la jetée.

1969-1970 : Construction des épis porte-avions 3 et 4.

entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic

Porte Cafarelli. Louis Marie Maximilien de Caffarelli du Falga, dit Maximilien Caffarelli, né le 13 février 1756, au château du Falga, (Haute-Garonne) - mort le 27 avril 1799, au siège de Saint-Jean-d'Acre, est un général de brigade de la Révolution française, connu pour sa témérité, qui lui valut de nombreuses blessures, avant de mourir au combat. Son nom est attribué à la porte d'accès principale à l'arsenal de Brest et associé à celui de Jean Dominique Compans pour nommer un quartier de Toulouse, Compans-Caffarelli.

entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic

DCNS est un groupe industriel français spécialisé dans l'industrie navale militaire, l'énergie nucléaire et les infrastructures marines. Le groupe emploie plus de 13 000 personnes à travers 10 pays. Société de droit privé détenue à hauteur de 64 % par l’État français, de 35 % par Thales et de 1 % par son personnel, DCNS est l’héritier des arsenaux français et de la Direction des Constructions et Armes Navales (DCAN), devenue la Direction des Constructions Navales (DCN) en 1991.

entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic

Base sous-marine de Brest. La base sous-marine de Brest est un immense bunker de la Seconde Guerre mondiale, destiné à abriter la 1re et la 9e flottille d'U-boote de la Kriegsmarine. Bien que la base sous-marine de Lorient soit plus grande avec ses 3 abris (Kéroman I, II et III), le bunker de Brest est le plus grand jamais construit. La construction, confiée à l'organisation Todt commence en 1941 et s'achèvera en 1942 (terminée en 500 jours). La Kriegsmarine utilise des installations de la Penfeld préexistantes : la base est ainsi construite au pied de l’École Navale (au lieu-dit « Les 4 pompes »). Le premier U-Boot arrive à Brest en août 1940. Il s'agit de l'U-65 (Type IX-B). Aujourd'hui encore, de nombreux ouvrages (blockhaus) destinés à la protection de la base sous-marine subsistent et peuvent être observés aux alentours de celle-ci, mais la plupart d'entre eux sont situés en zone militaire.

entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic

Le Centre d'Instruction Naval (C.I.N) de Brest a été créé en 1966. Il occupe les locaux de l'ancienne École Navale, inaugurée le 30 mai 1936 par Monsieur Albert LE BRUN, Président de la République. Cinq promotions d'élèves d'officiers de marine s'y sont succédé avant l'installation des militaires allemands en juin 1940. La base des sous-marins allemands ayant été construite à proximité, l'école fut en grande partie détruite lors des bombardements alliés de 1943 et 1944. L'école a été reconstruite à partir de 1947 et a accueilli les élèves des écoles préparatoires du pont à partir de 1960.

Le Centre d'Instruction Naval de Brest accueille actuellement en permanence environ 1 200 élèves soutenus par 580 cadres, militaires ou civils, chargés de leur formation ou de leur vie courante. Le Centre d'Instruction Naval regroupe trois écoles :

- l'école de Maistrance qui forme une partie des futurs officiers mariniers de la Marine Nationale (800 par an en deux promotions) (J’étais directeur de l’Ecole de Maistrance à ma dernière affectation militaire ; 1998-1999)

- le cours des matelots qui assure la formation militaire et maritime des matelots de courte, moyenne et longue durée

- le Lycée Naval qui accueille 340 lycéennes et lycéens du second cycle et des classes préparatoires. Beaucoup d'entre eux se destinent aux Grandes Écoles des armées.

entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic

Sculpture « Brest Porte Océane », un hommage au gens du port. La sculpture « Brest Porte Océane », installée sur la promenade qui va de la base sous-marine (après la porte des Quatre-Pompes) à Maison-Blanche. Face au goulet, « Brest Porte Océane » prend alors tout son sens. Cette sculpture, inaugurée le 25 septembre 2013 est l’œuvre de Véronique Millour et Philippe Meffroy. Les deux artistes, installés depuis une vingtaine d'années à Lampaul-Ploudalmezeau, ont créé une sculpture-hommage aux « gens du port de Brest », cette autre petite ville dans la ville. Un lieu dont ils sont tombés amoureux tant il dégage « une énergie incroyable, comme une invitation au voyage ». Leur envie de rendre hommage aux « gens » du port, à la dimension du voyage inhérent à la mer, les a amenés à imaginer « Brest Porte Océane ». Un personnage d'1,80 m, qu'ils ont voulu le plus simple possible et qui ne peut être qu'un marin, pose les mains sur un cadre qui retient, tendue comme un arc, une voile-vitrail de 3 m d'envergure. Bronze, métal et verre, de différentes couleurs, sont les matériaux sollicités.

entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic

Le port de Maison Blanche. Il paraît que le gris est la couleur dominante de Brest… Faux ! Il n’y a qu’à aller du côté de Saint-Pierre. Là, au bout de la route de Sainte-Anne du Portzic, se trouve un lieu tout à fait pittoresque. Du rouge, du jaune, du bleu, du vert… C’est un festival de couleurs vives qui s’affiche sur les murs de la soixantaine de cabanes de pêcheurs ! Nous voilà arrivés au petit port de plaisance de Maison Blanche, avec sa plage de galets, ses bateaux au mouillage et ses bienheureux propriétaires de quelques mètres carrés de tôle ou de bois où ranger leur matériel de pêche. Mais au fait, pourquoi « Maison-Blanche » ? Les avis divergent. Pour certains, c’est à cause de la cendre qui émanait d’un ancien four à chaux, rendant blanches les maisons alentours. Pour d’autres, c’est le four à chaux en lui-même qui se nommait ainsi.

entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic

La plage de Sainte-Anne-du-Portzic était la seule plage naturellement sableuse de l’agglomération brestoise. La disparition graduelle du sable au cours de la seconde moitié du XXe siècle a entraîné une baisse de l’attractivité de cette plage initialement très fréquentée. Le fief du Portzic appartenait à la famille de Rodellec du Portzic qui fit ériger en 1615 une chapelle consacrée à Sainte Anne, patronne de la Bretagne. Lieu de pèlerinage tous les 26 juillet, la chapelle, incendiée en 1929, fut immédiatement reconstruite. Aboutissement sur la rade, à l’entrée du Goulet, d’une longue vallée, la plage fut entre les années 1920 et 1960 l’une des plus fréquentées par les Brestois et par les touristes, puisqu’un hôtel et quelques restaurants s’y installèrent.

entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic

Phare du Portzic et le sémaphore. Situé à la pointe du Portzic, le phare surplombe le goulet et fait face à la pointe des Espagnols. La tour de forme octogonale a une hauteur de 35 mètres à partir du sol et plus de 50 mètres au-dessus des flots. Il est allumé en janvier 1848. Les feux de secteur rouge et blanc ont des portées de 17 milles nautiques (blanc) et 13,5 milles (rouge). Il a été électrifié en 1953, automatisé en 1984 et télécontrôlé depuis Brest. Un sémaphore (vigie) est installé au pied du phare depuis 1987 qui régule le trafic maritime entrant et sortant de la rade de Brest.

entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic
entre Recouvrance et Ste-Anne du Portzic

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de gebete.reidid.over-blog.com
  • Le blog de gebete.reidid.over-blog.com
  • : la vie à Brest est dynamique, un IKEA, un tramway, Océanopolis, un stade nautique, un technopole, et des randonnées pédestres et cyclistes dans tout le Finistère. Les Chemins de COMPOSTELLE, La Loire à Vélo, le Chemin de Stevenson...
  • Contact

Recherche

Liens