Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 février 2018 1 05 /02 /février /2018 17:16

"L'âme de nos marins plane sur l'océan, le l'ai vue ce matin sous l'aile d'un goéland", l'âme des marins - Freddie Breizirland

Mémorial National des marins morts pour la France
Mémorial National des marins morts pour la France
Mémorial National des marins morts pour la France

Mémorial National des marins morts pour la France - Marine nationale - Marine marchande - Marine de pêche - Pointe Saint-Mathieu (Pays d'Iroise) - Hommage aux marins disparus - le devoir de mémoire

Mémorial National des marins morts pour la France
Mémorial National des marins morts pour la France
Mémorial National des marins morts pour la France

Ce monument national, voulu par l'amiral Guépratte, député du Finistère, a été inauguré le 12 juin 1927 par M. Georges LEYGUES, ministre de la marine.

Mémorial National des marins morts pour la France
Mémorial National des marins morts pour la France
Mémorial National des marins morts pour la France

"L'ouragan de leur vie a pris toutes les pages, et d'un souffle, il a tout dispersé sur les flots." Victor Hugo -Oceano Nox)

Mémorial National des marins morts pour la France
Mémorial National des marins morts pour la France
Mémorial National des marins morts pour la France

Trois ombres, silhouettes évoquant des corps, des bateaux, des barques ou des tombes. Trois silhouettes comme le sont les trois marines: Nationale, Pêche, Marchande.

Mémorial National des marins morts pour la France
Mémorial National des marins morts pour la France
Mémorial National des marins morts pour la France

Dominant un vieux fortin du XIXème siècle, une stèle haute de dix-sept mètres, sculptée par René Quillivic, traduit de façon poignante la douleur morale et la tristesse d'une femme en deuil face à l'Océan.

Mémorial National des marins morts pour la France
Mémorial National des marins morts pour la France
Mémorial National des marins morts pour la France

Le fortin est un lieu de granit, de verre et de métal, propice au recueillement. Le sol sombre, ourlé de lumière, emmène le visiteur dans une expérience saisissante de vide. Les parois des cryptes reçoivent, au gré des donations des familles, les photographies des marins morts pour la France, disposées sans hiérarchie ni priorité. Le site internet www.auxmarins.net relate l'histoire de chaque marin et rend accessible à tous la découverte de ce lieu de mémoire.

Mémorial National des marins morts pour la France
Mémorial National des marins morts pour la France
Mémorial National des marins morts pour la France

"Les guerres prennent naissance dans l'esprit des hommes, c'est dans l'esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la Paix" - Acte constitutif - 1946

Mémorial National des marins morts pour la France
Mémorial National des marins morts pour la France
Mémorial National des marins morts pour la France

Lors de ma visite du cénotaphe le 2 février 2018, j'ai eu la surprise de reconnaître la photo d'un ami: Bernard TANGUY.

Fils de Henri, pharmacien chimiste en chef de la Marine, et de Monique Elia Victorine Servel, Bernard naît le 29 janvier 1950 à Indret.

En compagnie de ses sœurs et frères (Anne, Philippe, Bruno et Véronique) et au gré des mutations de leur père, la famille vit successivement à Ferryville, près de Bizerte en Tunisie de 1952 à 1955, à Brest de 1956 à 1960, à Toulon de 1961 à 1964 et à Arolo di Leggiuno en Italie de 1964 à 1970.

Sa scolarité débute à Ferryville en maternelle chez les sœurs puis se poursuit à Brest à l’école "Jean Macé", à Toulon à l’école "Bon Accueil" des pères salésiens  puis "Saint-Joseph" des maristes, à Varèse au lycée européen. C’est enfin au lycée privé et en pensionnat à Béziers que Bernard passe son baccalauréat français.

Après avoir obtenu un baccalauréat scientifique, il entame, de même que son frère Philippe, des études de médecine mais ce n’est pas sa vocation et il les arrête au bout de deux années. Sa vocation est de devenir pilote. 

Le 2 janvier 1973, Bernard s’engage dans la Marine nationale pour une durée initiale de sept ans (matricule : 0573..124).

Mémorial National des marins morts pour la France

Destiné à l’aéronautique navale, il suit l’enseignement dispensé par le "Cours préparatoire à l’Aéronautique Navale" à Saint-Raphaël (83).

Après deux stages de préparation à l’école de pilotage de la "Base Aéronautique Navale (B.A.N.) de NîmesGarons" (30) et au "Centre École de l’Aéronautique Navale (C.E.A.N.) de Rochefort" (17), il entre à l’école de pilotage de laBase aérienne de Cognac (16) en septembre 1973. Après une transformation sur hélicoptère à l’école de spécialisation de l’"Aviation Légère de l’Armée de Terre" (A.L.A.T.) à Dax (40) et un stage de vol sans visibilité à l’"Escadrille 22 S" de la "B.A.N. Lanvéoc Poulmic" (29), il est breveté pilote d’hélicoptères le 26 mars 1975 et rejoint l’Escadrille 23 S à la "B.A.N. Saint-Mandrier" (83). Il y effectue notamment la mission "Saphir" en océan Indien à bord des porte-avions "Clémenceau" et "Foch". En 1980, il rejoint la "Flottille31 F" et se spécialise sur le nouvel hélicoptère de lutte anti-sous-marine : le Lynx WG 13.

Qualifié commandant d’aéronef toutes missions, il embarque sur la corvette "Dupleix" en septembre 1982 et participe à plusieurs missions "Olifant" au large du Liban.

Le 29 novembre 1983 à 18 heures 32,  le maître principal Bernard Tanguy perd la vie lors d’un accident aérien survenu au large de Beyrouth. L’hélicoptère WG13 Lynx qu’il pilote assure une liaison entre la terre et la corvette "Dupleix", unité membre de la Task Force 452, au large des côtes libanaises.

Il totalise 2532 heures de vol dont 238 de nuit et 1389 appontages dont 203 de nuit. 

Mémorial National des marins morts pour la France

Dans sa lettre de condoléances adressée à son épouse, le commandant de la corvette "Dupleix" parle d’un ami, d’un camarade, apprécié pour des qualités professionnelles, son grand art du pilotage et sa grande curiosité intellectuelle. 

L’épave de l’hélicoptère est ramenée en surface le 22 novembre 1984 au cours d’une mission réalisée par plusieurs bâtiments de la Marine nationale en collaboration avec l’institut français de recherche pour l’exploitation des mers (IFREMER). Au terme de l’opération, le corps de Bernard, resté aux commandes, est ramené à Fréjus un an après l’accident. La cérémonie religieuse célébrée en mémoire du disparu par l’Abbé Lassalvy, en présence de très nombreuses personnalités militaires et civiles, se déroule le samedi 4 février 1985 en l’église de Saint-André-de-Sangonis.

Il est inhumé dans le caveau familial à Saint-André-de-Sangonis où reposent maintenant son père, sa mère et son beau-frère qu’il considérait comme son troisième frère. 

Le samedi 8 octobre 2011, lors de la fête annuelle de Saint-Michel patron des parachutistes, Monsieur Bernard Douysset, maire de Saint-André-de-Sangonis, inaugure l’espace "Bernard Tanguy" près de la salle des fêtes de la ville. Son discours d’inauguration rend hommage à Bernard ainsi qu’à l’enseigne de vaisseau de première classe Pierre Grilli et au premier maître Christian Owsianka, tués lors de l’accident, et commence par cette phrase de Victor Hugo : "Ceux qui pieusement sont morts pour la Patrie, ont droit qu’à leur tombeau, la foule vienne et prie". C’est un jeune garçon de la famille de Bernard qui dévoile la plaque d’inauguration, son petit-fils Ewen.

Il était Premier-maître pilote.

Son unité : Dupleix/Lynx-277

Il a été décoré :

  • Médaille Militaire
  • Médaille de l'aéronautique
  • Médaille d'Outre-mer
    Il est décédé le 29 novembre 1983.
Mémorial National des marins morts pour la France

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de gebete.reidid.over-blog.com
  • : la vie à Brest est dynamique, un IKEA, un tramway, Océanopolis, un stade nautique, un technopole, et des randonnées pédestres et cyclistes dans tout le Finistère. Les Chemins de COMPOSTELLE, La Loire à Vélo, le Chemin de Stevenson...
  • Contact

Recherche

Liens