Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 septembre 2019 4 12 /09 /septembre /2019 17:43

On dénombrerait sept "cimetières de bateaux" en France. Parmi ceux-ci, trois sont en Presqu'île de Crozon, à Landevennec (navires militaires), dans l'anse de Rostellec au Fret, et à Camaret. C'est dire si ce site du Sillon doit être regardé comme un spectacle rare, et respecté comme un patrimoine précieux.

L'histoire de ce "cimetière" est liée au déclin de la pêche : initialement se tenait sur la grève interne du Sillon, depuis 1892, le chantier naval de  François-Joseph Keraudren. Cette zone étant classée en Domaine Public Maritime, il dispose alors d´une façade de 31 m sur la grève lui permettant de mettre à l´eau ses bateaux.

Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.
Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.
Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.
Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.

Mais dès les années 1950, la crise de la pêche à la langouste se faisant sentir, les Keraudren déposent sur leur concession des bateaux désaffectés et abandonnés. D´autres bateaux hors d´usage ou mis en vente et non achetés sont également abandonnés sur le sillon. (Source : Inventaire Régional). Le "Rosier Fleuri" est là depuis 1962.

Les épaves étant encore possiblement à flot à marée haute de vives-eaux, leur coque a été percée afin qu'elle ne flotte pas.

Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.
Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.
Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.
Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.

Les navires échoués d'abord au Styvel puis dans son prolongement a varié : il atteignait dix navires, mais nombre d'entre eux ont été retirés en raison de leur dégradation, la "Belle-Étoile", dont l'épave était classée M.H et que l'on peut voir sur une image du site Topic-topos, et la pinasse sardinière" Dominique" CM 185160, radiée en 1994, ou la "Maryvonne" CM2342, le "Louis-Raphaël", CM 2351, l' "Asphodèle" CM 2074, etc… D'autres, qui n'avaient pas été construits à Camaret, ont été admis au cimetière de bateaux, le "Thierry de Martel" CM2869, le "Traviata" CM 2585, et enfin le "Canada". La pinasse sardinière "Rose des mers", CM231603 signalée en 2000, n'est plus là aujourd'hui. 

Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.
Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.
Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.
Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.

Les navires échoués d'abord au Styvel puis dans son prolongement a varié : il atteignait dix navires, mais nombre d'entre eux ont été retirés en raison de leur dégradation, la "Belle-Étoile", dont l'épave était classée M.H et que l'on peut voir sur une image du site Topic-topos, et la pinasse sardinière" Dominique" CM 185160, radiée en 1994, ou la "Maryvonne" CM2342, le "Louis-Raphaël", CM 2351, l' "Asphodèle" CM 2074, etc… D'autres, qui n'avaient pas été construits à Camaret, ont été admis au cimetière de bateaux, le "Thierry de Martel" CM2869, le "Traviata" CM 2585, et enfin le "Canada". La pinasse sardinière "Rose des mers", CM231603 signalée en 2000, n'est plus là aujourd'hui. 

Aujourd'hui, en 2019, j'en compte sept: en venant du parking vers la chapelle N.-D. de Rocmadur, on trouve :

La Salle CM 231627 .

Le "Rosier-Fleuri" CM

Maïtena MX 195443

Étoile du Berger MX 195135

Castel-Dinn CM 231646

Notre-Dame-Des-Neiges CM 231642

Magellan CM 498020

Toutes ces coques sont en bois ; elles ont été construites par des chantiers de la Presqu'île de Crozon soit à Camaret, soit à Rostellec et au Fret. Parmi les sept bateaux principaux, six ont été des langoustiers construits entre 1948 et 1964 et ont suivi l'évolution de cette pêche jusqu'à son interruption en 1989. La langouste verte est pêchée au casier sur des fonds rocheux de 20 m, alors que la langouste rose a été pêchée au filet, au chalut puis au casier depuis 1955.

Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.
Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.
Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.
Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.

La pêche à la langouste à Camaret.

La période de prospérité du port entre 1955 et 1965 a vu le développement de navires nommés langoustiers mauritaniens, d'un tonnage de 250 à 350 tonneaux (les langoustiers traditionnels jaugeaient 60 tonneaux), conçus pour des campagnes de pêche de cinq à six mois, et dont la valeur financières atteignait le million de francs.

A la différence de Douarnenez, où un armateur ou une société d'armement possède 4 à 5 "mauritaniens", où le recours à l'emprunt bancaire est important, et où le "patron" n'est qu'un salarié sans intéressement financier au navire, l'armement de Camaret est resté traditionnel, sans armateur professionnel: le patron-pêcheur est le, ou l'un des gros armateurs, et il confie sa gestion à un gérant d'armement. Vers 1967, Camaret s'oriente vers l'armement d'unités polyvalentes, thoniers-langoustiers-chalutiers permettant une rotation des pêches.

Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.
Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.
Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.
Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.

La carène de "La Salle" : le vivier.

Ce détail est destiné à montrer les orifices de la partie moyenne de la carène, permettant à l'eau de mer de circuler en permanence dans le vivier de conservation des langoustes. La conservation des langoustes et la lutte contre la mortalité était un souci majeur; des étagères étaient disposées à l'intérieur du vivier pour limiter l'écrasement des langoustes. On accédait (c'était souvent le rôle du mousse) dans le vivier par deux puits de section carrée d'un mètre de coté qui traversaient la partie habitable du bateau. Il pouvait contenir 12 000 kg soit 30 000 langoustes.

Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.
Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.
Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.
Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.

"Rosier-Fleuri" CM 2910.

Ce langoustier à vivier  à cul carré construit en 1948 au chantier Le Hir-Péron est échoué sur le sillon depuis 1962, ce qui fait de lui le vétéran des lieux. Comme le précédent, il conserve les langoustes dans un vivier central alimenté par l'eau de mer, sa coque étant percée en partie basse de nombreux orifices.

"Maïtena" MX 195443.

C'est un langoustier mauritanien de 25,21 m construit en 1964 au chantier naval Auguste Tertu à Rostellec pour Louis Salaun. Moteur Beaudouin 552 Kw, jauge brute 162,86 tx. Langoustier-thonier destiné à la pêche au large en Mauritanie, il passa au quartier maritime de Douarnenez en avril 1965 puis à Morlaix en septembre 1973. En 1976 il est racheté par Jean-Pierre Salaun pour la pêche au crabe avant d'être cédé le 16 mars 2001 à la commune de Camaret pour 1 franc symbolique.

Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.
Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.
Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.
Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.
Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.

"Étoile du Berger" MX 195135.

Ce caseyeur, crabier et langoustier de 19 mètres a été construit en 1956 au chantier Keraudren à Camaret. Passé ensuite quartier de Morlaix. Sorti de flotte en 2001 et désarmé au port de Morlaix, le bateau a été ramené à Camaret en 2010. C'est donc le dernier arrivé.

Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.
Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.
Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.
Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.

"Castel-Dinn" CM 231646.

 Ce langoustier mauritanien à congélateur de 22,98 m a été construit en 1960 au chantier Albert Péron de Camaret pour Henri Téphany. Moteur Beaudouin de 453 cv, jauge brute 142,98 tx.

Il tient son nom de Kastell Dinn, le "château" rocheux de la Pointe de Dinan à Crozon. C'était le dernier langoustier mauritanien de Camaret, qui ne cessa cette pêche qu'en 1990 (la dernière campagne en Mauritanie eut lieu en 1989). Il fut alors vendu à Jean Kerdreux qui le transforma pour la pêche au crabe jusqu'en 1998. Comme tel, il se distingue par la superstructure qui entoure la passerelle, et qui permettait de tendre un abri de toile contre le soleil. Il est échoué depuis le 5 novembre 1998.

Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.
Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.
Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.

"Notre-Dame-des-Neiges" CM 231642.

C'est un langoustier-thonier puis langoustier-crabier de 17,05 m construit en 1959 au chantier naval Corentin  Keraudren à Camaret. Jauge 48,48 tx, moteur Beaudouin de 215 cv, il bénéficiait aussi d'une voile d'appoint dont on peut voir les lambeaux pendre sur le mâtereau à l'arrière. Son premier patron Charles Mazet et cinq autres quirataires l'ont vendu le 30 juillet 1975 à Jean Kerdreux qui l'a transformé pour le thon et le crabe. Plus tard il a été racheté pour la plaisance. Il est mis au sec en 1993.

"Magellan" CM 498020.

Ce chalutier-coquillier de 12,35m a été construit en 1979 au chantier Stipon du Fret. Armement SNACCAM, moteur de 242 kw,  jauge brute 23,92 tx. En 1983, il a été vendu par Jean Péron à Jean-Michel Boëzennec Désarmé pour non-conformité à la pêche à la coquille en baie de Saint-Brieuc, Morlaix et Concarneau (il mesurait 35 cm de trop et son moteur était de 80cv trop puissant), il a été cédé pour 1 Euro symbolique à la commune : il est sur le Sillon depuis le 4 décembre 2002

Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.
Le cimetière de bateaux sur le Sillon de Camaret.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Claire-Cerise 14/09/2019 23:44

Merci Didier pour ce beau reportage ! On aime aussi les prendre en photos ces vieilles carcasses ! C'est un sujet qui plait aux photographes pro comme aux amateurs que nous sommes ! Nous sommes allés aussi photographier celles de Rostellec, plus nombreuses encore ! Je viens de me réinscrire à ta news. Je ne sais pourquoi je ne la recevais plus ! Nous repartons sur le Chemin de St Jacques le mois prochain et cette fois pour le finir à partir de Burgos où nous étions arrivés en juin 2018 après 2 mois et demi de marche. Nous avons été rapatriés en urgence. Mais peut-être avais-tu suivi. Bizh Didier et à plus !

Yvette Assié-Baillargeat 13/09/2019 10:13

Magnifique et tellement intéressant !
Merci Didier
Bises
Yvette

Présentation

  • : Le blog de gebete.reidid.over-blog.com
  • : la vie à Brest est dynamique, un IKEA, un tramway, Océanopolis, un stade nautique, un technopole, et des randonnées pédestres et cyclistes dans tout le Finistère. Les Chemins de COMPOSTELLE, La Loire à Vélo, le Chemin de Stevenson...
  • Contact

Recherche

Liens