Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 09:15

Situé sur la commune des Moutiers-en-Retz, le marais de Lyarne présente un paysage caractéristique des marais littoraux atlantiques, prolongé au sud par la dune du Collet. Il constitue la limite septentrionale du Marais Breton, beaucoup plus étendu en Vendée. De la mer vers la terre se succèdent l’estran, largement découvert à marée basse, la plage avec les épis de protection et les pêcheries typiques, la dune blanche (appelée dune vive ou dune mobile), la dune grise (ou dune fixée) et enfin le marais composé d’un ensemble de métières délimités par des bossis pâturés par des chevaux.

les pêcheries des Moutiers-en-Retz
les pêcheries des Moutiers-en-Retz

Ce site offre une grande diversité de milieux naturels, imbriqués les uns dans les autres : anciennes salines, fossés en eau, prairies, dunes, roselières saumâtres. L’étroite dune est composée de la dune mobile en front de mer, dont l’oyat est la végétation caractéristique, et de la dune fixée, située à l’arrière. La diversité de ses milieux naturels et la proximité de la baie de Bourgneuf font de ce site une zone d’abri et d’alimentation pour les oiseaux, tant en période de reproduction que durant la période hivernale. L’apparence actuelle de cet ancien golfe résulte de la réalisation d’aménagements hydrauliques par l’homme dès le XIe siècle pour permettre la production de sel. Le commerce du sel prospère au XVe siècle et favorise la création de nombreux ports, celui de Prigny étant l’un des premiers de la baie. Cette production est toutefois progressivement abandonnée à partir du XVIe siècle en raison de l’envasement de la baie, des difficultés d’exportation et de la concurrence méditerranéenne. Comme autrefois, les bossis (talus) sont gérés par pâturage, le marais accueillant à l’heure actuelle élevage, ostréiculture et tourisme, sans oublier l’avifaune.

les pêcheries des Moutiers-en-Retz
les pêcheries des Moutiers-en-Retz
les pêcheries des Moutiers-en-Retz

L’itinéraire de la Vélodyssée continue son tour de Baie de Bourgneuf. Ici on est au pays de l’huître, en témoignent les nombreux petits ports ostréicoles et les claires qui servent à l’affinage de l’huître creuse.

les pêcheries des Moutiers-en-Retz
les pêcheries des Moutiers-en-Retz

Une pêcherie est un espace circonscrit dans une étendue d'eau, généralement à proximité immédiate du littoral, qui a été aménagé afin de pouvoir y faciliter la pratique de la pêche. Par extension, le mot désigne également les aménagements spécifiques qui y sont installés. L'utilisation de pêcheries est une activité très ancienne ; il existe des traces de nombreuses pêcheries qui datent de l'époque préhistorique.

les pêcheries des Moutiers-en-Retz
les pêcheries des Moutiers-en-Retz
les pêcheries des Moutiers-en-Retz

De nombreuses pêcheries se sont développées sur la Côte de Jade, le littoral du pays de Retz en Loire-Atlantique, pratiquement sur toute sa longueur, de Mindin (Saint-Brévin-les-Pins) à la baie de Bourgneuf. Les principales communes où sont situées les pêcheries sont Les Moutiers-en-Retz, Pornic (y compris Sainte-Marie-sur-Mer et Clion-sur-Mer), La Bernerie-en-Retz, Préfailles et La Plaine-sur-Mer.

les pêcheries des Moutiers-en-Retz
les pêcheries des Moutiers-en-Retz
les pêcheries des Moutiers-en-Retz
les pêcheries des Moutiers-en-Retz

Pêcheries sur pilotis : Ces pêcheries sont des esplanades en bois, souvent agrémentées d'une cabane, montées sur pilotis et accessibles par des pontons ou bien directement posées sur les rochers. Une perche amarrée à un câble soutient deux cerceaux où se fixe le carrelet, filet qui nécessite un treuil pour être relevé. La plupart des pêcheurs appâtent en vers de terre le fond de leurs mailles, lesté par quelques plombs.

les pêcheries des Moutiers-en-Retz
les pêcheries des Moutiers-en-Retz
les pêcheries des Moutiers-en-Retz

Appartenant au domaine public maritime, les pêcheries font l'objet d'une concession répertoriée renouvelable tous les 5 ans. C'est essentiellement une activité de loisirs, car pas du tout rentable, qui se pratique au printemps et à l'automne. Aux dires des utilisateurs, la pêche n'est pas miraculeuse (mulets, athérines appelées éperlans, anguilles ou bars) et reste très dépendante des secteurs, des saisons, voire des jours. Les pêcheries font l'objet d'une concession accordée par les Domaines Maritimes et les utilisateurs paient une redevance annuelle de 200 €.

les pêcheries des Moutiers-en-Retz
les pêcheries des Moutiers-en-Retz
les pêcheries des Moutiers-en-Retz

La structure bois appartient à l'utilisateur, celle-ci fait l'objet d'une extension multi-risque habitation pour dommages causés à un tiers. La pêcherie dans son ensemble est très peu assurée par les utilisateurs. On n'a jamais vu autant d'engouement pour les pêcheries que ces dernières années : elles poussent, poussent, poussent et en les visitant, on comprend un peu mieux pourquoi, tant elles sont confortables et accueillantes.

les pêcheries des Moutiers-en-Retz
les pêcheries des Moutiers-en-Retz
les pêcheries des Moutiers-en-Retz
les pêcheries des Moutiers-en-Retz

La Côte de Jade constitue la frange littorale du pays de Retz en Loire-Atlantique, s'étendant de l'estuaire de la Loire au nord au marais breton au sud, bordant ainsi la baie de Bourgneuf sur sa partie méridionale. Ses côtes découpées et ses nombreuses plages assurent à la côte de Jade un intérêt touristique estival important.

les pêcheries des Moutiers-en-Retz
les pêcheries des Moutiers-en-Retz
les pêcheries des Moutiers-en-Retz

Il existe une disparité notable entre les littoraux au nord et au sud de la pointe Saint-Gildas.

  • Au nord, depuis Mindin (Saint-Brevin-les-Pins) jusqu'au Cormier (La Plaine-sur-Mer) s'étirent de longues plages de sable fin disposant de vastes estrans, bordés de dunes boisées ou de courtes falaises.
  • Au sud, depuis La Plaine-sur-Mer jusqu'aux Moutiers-en-Retz, la côte est plus sauvage et présente une succession d'anses et de plages plus ou moins réduites, séparées par des zones rocheuses aux falaises de schiste plus importantes.

La Côte de Jade serait ainsi nommée en raison de la couleur des flots d'un vert soutenu.

les pêcheries des Moutiers-en-Retz
les pêcheries des Moutiers-en-Retz
les pêcheries des Moutiers-en-Retz
les pêcheries des Moutiers-en-Retz

Le pays de Retz a été entre autres l'un des principaux fiefs de Gilles de Retz, compagnon d'armes de Jeanne d'Arc et maréchal de France, dont l'histoire a surtout retenu les crimes et débauches. Il a aussi été le fief de la famille de Gondi, d'origine italienne, implantée en France sous la régence de Catherine de Médicis au XVIe siècle, et pour qui il est devenu duché. Il fut encore l'un des principaux lieux de déploiement des guerres de Vendée lors de la Révolution française.

les pêcheries des Moutiers-en-Retz
les pêcheries des Moutiers-en-Retz
les pêcheries des Moutiers-en-Retz

Situé à la fois sur les communes de Beauvoir sur mer et Bouin, face à l'île de Noirmoutier, le port de l'Epoids ou Port du Bec est avant tout un port ostréicole. Les huitres de Beauvoir étaient très réputées pour leur saveur depuis l'antiquité. Les bancs ont été très florissants avant de disparaître vers 1920. La pêche était alors l'unique activité. Ce n'est qu'en 1948 que des ostréiculteurs de Marennes ont implanté une trentaine de parcs en face du port de l'Epoids. Aujourd'hui 350 établissements ostréicoles produisent environ 10 000 tonnes d'huitres "Vendée Atlantique" par an.

Le port du Bec est un site inscrit à l'inventaire des Sites de la Vendée depuis 1942. Il est aussi connu sous le nom de " Port Chinois" en raison de son type d'embarcadères.

les pêcheries des Moutiers-en-Retz
les pêcheries des Moutiers-en-Retz
les pêcheries des Moutiers-en-Retz
Partager cet article
Repost0
17 août 2015 1 17 /08 /août /2015 07:42

L'abbaye Saint-Philibert de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu est une abbaye fondée au IXe siècle par des moines bénédictins et située à Saint-Philbert-de-Grand-Lieu en France. Il ne subsiste que l'église abbatiale et quelques bâtiments autour.

l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu

Édifice de style carolingien, il a accueilli un temps le corps de saint Philibert dont la commune tirera son nom. À la suite de l'attaque du site par les Normands, les moines s'enfuient avec le corps du saint et se réfugient à Tournus. La communauté se reforme alors pour fonder un prieuré. Utilisée au XIXe siècle comme marché couvert, l'abbatiale ne sert alors plus à la célébration du culte. Des fouilles mettent au jour le sarcophage du saint et l'édifice est classé au titre des monuments historiques en 1896. L'abbatiale est réaffectée au culte depuis 1936. C'est aujourd'hui l'un des monuments importants du pays de Retz ouvert aux visiteurs.

l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu

L'abbatiale est construite vers 815 sur les terres d'un ancien domaine nommé Déas (actuel Saint-Philbert-de-Grand-Lieu), données au VIIe siècle au moine Philibert de Tournus. Dépendante de l'Abbaye de Noirmoutier, elle permet de subvenir aux besoins de celle-ci. Cette construction est autorisée par Louis Ier, le fils de Charlemagne. Le lieu est aussi plus à l'abri des raids des Vikings, étant localisé plus profondément dans les terres. En effet, l'abbaye de Noirmoutier a été attaquée par les Normands de nombreuses fois pendant la première moitié du IXe siècle. Ainsi que le rapporte Ermentaire, jeune moine de Noirmoutier, les moines bénédictins ouvrent la tombe de saint Philibert le 7 juin 836, empruntent la voie romaine via le Bois-de-Céné et Paulx, et se réfugient à Déas avec les reliques. Sous la conduite de l'abbé Hilbod, les lieux sont aménagés pour rendre la défense contre les pillards plus efficace.

l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu

En 847, les Normands atteignent la paroisse. Les attaquants incendient l'abbatiale ainsi que le monastère. La crypte est emmurée avec à l'intérieur le tombeau contenant les reliques. Ainsi protégée, la châsse ne subit pas de dommages. Les moines remettent sur pied l'abbatiale puis partent s'établir à Tournus en Bourgogne avec les reliques, laissant la châsse vide. Un prieuré est tout de même fondé par les moines de Tournus sur le site de Déas au cours du XIe siècle ; il dépend alors de l'abbaye de Tournus. En 1119, la paroisse prend le nom de Saint-Philibert-de-Grand-Lieu en l'honneur du moine Philibert.

l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu

Époque moderne : Au cours du XIVe siècle, un clocher de bois est érigé au-dessus du porche d'entrée de l'abbatiale. Lors des guerres de religion dans la région, les Huguenots provoquent à leur tour des dommages au site. Ils endommagent notamment le chœur, le porche ainsi que le clocher. Au XVIIe siècle, l'église devient paroissiale. Plus tard lors de la Révolution française, l'abbatiale est vendue comme bien national en 1791. Et lors des insurrections vendéennes, l'édifice sert aux républicains de hangar à fourrage et de dépôt de munitions.

l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu

Époque contemporaine : Après l'érection de la nouvelle église paroissiale en 1869, l'édifice sert de marché couvert, et les murs lézardés doivent être réduits de 3 mètres de hauteur. Cependant, la découverte du tombeau en 1865 finit par redonner un nouvel intérêt au site et des travaux sont effectués entre 1898 et 1904. Ainsi, l'abbatiale est classée au titre des monuments historiques depuis 1896 alors qu'elle est désaffectée. C'est seulement en 1936 qu'elle est réaffectée au culte. La même année une fête célèbre le onzième centenaire du transport des reliques dans la commune. Une relique de saint Philibert est alors déposée dans le sarcophage. Le monument est aujourd'hui ouvert aux visiteurs, on en compte environ 9 000 par an. Outre les visites de l'édifice et des jardins, des expositions artistiques et culturelles sont organisées au sein de l'abbatiale. Aussi des cérémonies religieuses sont ponctuellement célébrées ; on peut citer la « Fête de la Saint-Philibert » avec veillée et messe patronale.

l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu

Monuments funéraires : Le sarcophage de saint Philibert, situé dans la crypte, est de style mérovingien. Façonné vers la fin du VIIe siècle, il est constitué d'un seul bloc de granit bleu taillé dans les carrières pyrénéennes de Saint-Béat. Il est orné de deux croix mérovingiennes, une à chaque extrémité, et mesure 2,05 mètres de longueur pour 0,7 mètre de hauteur. Le saint, inhumé en 686 à Noirmoutier, est exhumé en 836 puis transporté en quatre jours sur un brancard à dos d'hommes jusqu'à Déas. Il retrouve alors sa place dans son sarcophage. Il est ensuite entouré d'une confession pour le protéger des dommages qu'auraient pu lui causer les pèlerins trop pressants. Après le départ des reliques pour Tournus, le sarcophage reste vide. Enterré dans la crypte, il ne sera retrouvé qu'à l'occasion de fouilles en 1865.

l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu

On compte deux autres monuments funéraires dans l'abbatiale. La dalle funéraire de Guntarius recouvre le tombeau d'un moine inhumé dans le chœur entre les IXe et Xe siècles. La pierre tombale de Guillaume Chupin, quant à elle, date de 1440 lorsque ce prêtre fait graver une pierre sous laquelle il espère être enterré. Mais pour cela, il aurait fallu qu'il soit nommé recteur de la paroisse, ainsi qu'il l'avait fait graver par avance, nomination qu'il n'obtint pas. À sa mort en 1449, il ne fut donc pas inhumé sous cette pierre (les emplacements prévus pour les années, mois et jour ne sont pas gravés) qui, à compter de 1663, a servi de table de l'autel majeur (la pierre a été endommagée à cette occasion).

l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu

Saint Philibert de Tournus (ou Filibert) de Jumièges, de Noirmoutier, né en 617 ou 618 à Elusa, aujourd'hui Eauze dans le Gers, mort le 20 août 684 à Noirmoutier), est un moine et un abbé français du VIIe siècle. Il a fondé les monastères de Jumièges et de Noirmoutier. Ses reliques ont été apportées à Tournus où il fut l'objet d'une grande vénération. Sa fête est célébrée le 20 août.

l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu

Philibert était fils unique de Filibaud, premier magistrat de Vicus-Julius, aujourd'hui Aire-sur-l'Adour dans le département des Landes, dont il fut depuis évêque. Il vint au monde dans l'ancienne ville d'Eauze, en Vasconie, vers l'an 617 ou 618 et fut élevé à Vic sous les yeux de son père. D'excellents maîtres l'instruisirent aux sciences et le formèrent à tout ce qui était d'usage parmi la nation. Il acquit par leurs soins toutes les connaissances capables de former l'homme pour l'esprit et pour le cœur, pour le monde et pour la religion. Dès que Philibert fut en état d'être produit dans le monde, son père, qui était en grande recommandation auprès du roi Dagobert Ier, lui ménagea une place à la cour, où il fit la connaissance de saint Ouen et mérita son estime.

l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu

Insatisfait par la vie futile qu'il menait à la cour, il forma, à l'âge de vingt ans, le dessein de consacrer sa vie à Dieu en devenant moine. L'ayant fait approuver par le roi, dont le consentement était nécessaire, il vendit tous ses biens et en distribua le prix aux pauvres et aux monastères. S'il préféra celui de Rebais, nouvellement fondé dans la Brie au diocèse de Meaux, ce fut moins à cause des grands biens qu'il y avait donnés, que parce qu'il connaissait saint Agile, que son ami saint Ouen y avait établi premier abbé.

l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu

Plus tard, en 654, il fonda une abbaye à Jumièges, près de Rouen, sur des terres fertiles données par le roi Clovis II à la demande de la reine Bathilde, où il venait autrefois chasser avec le roi Dagobert. Il imposa une discipline d'une grande austérité : jeûnes, veilles, flagellations dit-on. Il en est le premier abbé. Il choisit la règle de saint Colomban pour l'abbaye qu'il fonde, déjà en vigueur à Luxeuil. À Jumièges, il aurait recueilli les énervés de Jumièges. Il mourut le 20 août 684, à près de 70 ans. Son corps fut alors déposé dans un sarcophage.

l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu

Les moines de Noirmoutier ont élevé vers 847 en son honneur une prieurale carolingienne à Déas, devenue par la suite Saint-Philbert-de-Grand-Lieu. Des villages portent son nom dans la vallée du Rhône, en Anjou et en Bretagne. De Noirmoutier à Tournus, ses reliques accomplirent un grand périple, passant par Cunault et Saint-Pourçain-sur-Sioule, qui contribua à sa grande popularité. Les reliques étaient conservées à l'Abbaye Saint-Philibert de Tournus, mais le crâne et deux os ont été volés en 1998.

l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
l'Abbatiale de Saint-Philibert de Grand-Lieu
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de gebete.reidid.over-blog.com
  • : la vie à Brest est dynamique, un IKEA, un tramway, Océanopolis, un stade nautique, un technopole, et des randonnées pédestres et cyclistes dans tout le Finistère. Les Chemins de COMPOSTELLE, La Loire à Vélo, le Chemin de Stevenson...
  • Contact

Recherche

Liens