Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 23:24

Le char à voile est un sport de conduite d'un véhicule à roues propulsé par une voile. Il est pratiqué sur les grandes plages de sable. Les vélicaristes sont de plus en plus nombreux.

Concentration de chars à voile sur la plage du Sillon
Concentration de chars à voile sur la plage du Sillon

La première utilisation connue du char à voile est attestée en Égypte antique, où il est apparemment construit pour transporter des matériaux et se déplacer rapidement. Les Chinois ont des chariots poussés par le vent depuis le VIe siècle sous la dynastie Liang, puis ont monté des mâts et des voiles sur de grandes brouettes.

Concentration de chars à voile sur la plage du Sillon
Concentration de chars à voile sur la plage du Sillon
Concentration de chars à voile sur la plage du Sillon

L'ingénieur Jason Renet, réinvente le concept en Hollande à la fin du XVIe siècle en construisant un navire sur roue qui transporta Vingt-huit personnes sur 75 km à une vitesse moyenne de 37 km/h entre Scheveningen et Petten sur les plages de la mer du Nord. Par la suite cette invention sera utilisé à des fins utilitaires de transport de matériaux et pour se déplacer rapidement.

Concentration de chars à voile sur la plage du Sillon
Concentration de chars à voile sur la plage du Sillon

La pratique ludique remonte à 1898. On la doit aux frères André et François Dumont, en Belgique, à Coxyde, qui fabriquent les premiers chars à voile destiné spécifiquement à une utilisation ludique et sportive. Dès 1905 le char à voile sort des frontières de la Belgique et s'invite sur les plages du nord de la France, Hardelot-Plage, Le Touquet, Berck. La première compétition officielle s'est déroulée en Belgique en 1909 à La Panne.

Concentration de chars à voile sur la plage du Sillon
Concentration de chars à voile sur la plage du Sillon
Concentration de chars à voile sur la plage du Sillon

Louis Blériot qui possède une villa à Hardelot, s’intéresse à cet engin et construit son propre modèle, il atteint par grand vent les 100 km/h. Devant l'engouement suscité par son engin, il le fait fabriquer en série dans ses usines et le nomme « Aéroplage ». La Première Guerre mondiale voit l’arrêt brutal, presque fatal de la pratique de l’Aéroplage. Il faut attendre la fin de la deuxième guerre mondiale pour que l’on ressorte les vieux engins et qu’on les remette au goût du jour. Ainsi, entre 1947 et 1950 avec Henry Demoury, dit « Pépé Demoury », meunier à Fère-en-Tardenois, le char à voile connaît une évolution importante lui faisant prendre un tour plus compétitif (toujours sous le nom d'aéroplage....).

Concentration de chars à voile sur la plage du Sillon
Concentration de chars à voile sur la plage du Sillon
Concentration de chars à voile sur la plage du Sillon

Traversée du désert en char à voile : la 1ère traversée du désert organisée par le Colonel Du Boucher (Mauritanie/Sénégal) a lieu en 1967, Monique Gimel Debreucq, championne d’Europe classe 1 en 1967 a été la seule femme de l'expédition ; à la suite de ce raid, Monique est sollicitée par l'O.C.I. (Organisme de Coopération Industrielle) pour un projet d’implantation touristique hôtelière où le char à voile aurait été la distraction touristes, ainsi au cours d'une de ses missions l'amenant vers El Goléa, Monique a eu l'idée d'organiser une seconde aventure en char à voile dans le désert : une compétition sur 500 km ( la croisière des oasis ). Elle en a fait la reconnaissance terrain et la course a eu lieu à Pâques 1969 avec 12 chars à Voile identiques. Cette même année Monique Gimel est à nouveau championne d'Europe en classe 1 en Baie du Mont St Michel, la transmission télévisuelle en direct est alors animée par Michel Drucker.

Concentration de chars à voile sur la plage du Sillon
Concentration de chars à voile sur la plage du Sillon
Concentration de chars à voile sur la plage du Sillon

Christian Nau, (Aventurier autour du Monde en char à voile et auteur de 11 livres qui concernent ses expeditions) a fait partie de l’équipée; Christian Nau a également réalisé une traversée en solitaire de Zouerate à Dakar en char à voile (de taille classe 2) en 1972.

Concentration de chars à voile sur la plage du Sillon
Concentration de chars à voile sur la plage du Sillon

Le char à voile se compose de deux éléments :

  • le châssis, composé d'une coque où l'on s'installe (assis ou allongé), d'un palonnier pour faire pivoter la roue avant avec les pieds, de deux roues arrière avec essieux, d'une roue avant.

  • le gréement, composé d'un mât qui se pose sur l'avant du châssis, une voile composée de lattes en résine et fibre de verre pour maintenir la voile horizontalement, d'une écoute (un cordage épais qui permet d'orienter la voile) et d'une bôme en métal pour faire la liaison entre l'écoute et la voile.

Concentration de chars à voile sur la plage du Sillon
Concentration de chars à voile sur la plage du Sillon

Records de Vitesse: 1989, Jean-Christophe Villedieu établit le record mondial de vitesse sur l'autoroute A13 à 85,55 km/h.

1991, Bertrand Lambert bat le record à Berck (Pas-de-Calais) en atteignant 151,55 km/h. Il détient toujours le record sur sable

2000, Tadeg Normand bat le record du monde (151,9 km/h, 16-6-2000).

2009, le 26 mars, sur le Lac d'Ivanpah aux USA, Le Greenbird - conduit par l'ingénieur britannique Richard Jenkins écrase le record de vitesse terrestre pour les véhicules propulsés par le vent. Le Greenbird est enregistré à 202,9 km/h, éclipsant l'ancien record de 116 mi/h, établi par Bob Schumacher en mars 1999 au même endroit.

Concentration de chars à voile sur la plage du Sillon
Concentration de chars à voile sur la plage du Sillon

Records de Distance : 14 juillet 2000, Virginie PARENTY, Anne-Marie Quêtu et Anita Vermeulen battent le record du monde de distance en 24h00 en classe 3 avec 1314,75 km sur la plage de Marck, battant ainsi le record masculin détenu depuis plus de 17 ans (1299 km)

14 juillet 2000, Christophe LEFEBVRE, Bernard MOREL et Jean-Claude MOREL établissent le record du monde de distance en 24h00 en classe 2 avec 1521,66 km sur la plage de Marck

Concentration de chars à voile sur la plage du Sillon
Concentration de chars à voile sur la plage du Sillon

Partager cet article

Repost0
20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 00:48

Le bastion Saint-Philippe, construit pour fortifier l’angle sud-ouest de l’enceinte, fait partie avec les courtines qui le relient à la porte de Dinan et au bastion Saint-Louis au sud-est du second agrandissement de la ville (1714-1720). Tout ce quartier fut ainsi gagné sur la mer sur les plans de l’ingénieur Siméon de Garengeau (Paris, 1647 – Saint-Malo, 1741). Les armateurs malouins, enrichis par les armements à la course, la « Mer du Sud » et la Compagnie des Indes orientales de Saint-Malo, formèrent une société de 24 actionnaires afin de lotir les 44 emplacements de ce nouveau quartier.

Saint-Malo doit son nom au moine Maclow
Saint-Malo doit son nom au moine Maclow
Saint-Malo doit son nom au moine Maclow

Cependant, la construction des maisons fut assez lente : treize maisons seulement étaient bâties en 1725 et quinze autres jusqu’en 1770. Beaucoup d’emplacements situés en arrière durent ainsi servir provisoirement de chantiers, de dépôts de matériaux ou de marchandises. Ce quartier fut appelé La Californie parce qu’il était habité par les gens qui avaient fait fortune grâce à l’argent du Pérou.

Saint-Malo doit son nom au moine Maclow
Saint-Malo doit son nom au moine Maclow
Saint-Malo doit son nom au moine Maclow

Après 1944, cet alignement remarquable de façades d’architecture uniforme le long des remparts, a été reconstruit « à l’identique », sous la direction de Raymond Cornon (1908-1982), architecte en chef des Monuments historiques. L’immeuble à l’angle gauche de l’entrée de la rue de Dinan, dont une souche de cheminée s’orne d’un cadran solaire, fut habité par le fameux Robert Surcouf, de son mariage en 1801 à sa mort en 1827 (1, rue Saint-Philippe). Le bâtiment servit également à l’administration de la Marine.

Saint-Malo doit son nom au moine Maclow
Saint-Malo doit son nom au moine Maclow
Saint-Malo doit son nom au moine Maclow

Saint-Malo doit son nom au moine Maclow venu au VIème siècle de Grande-Bretagne et qui fût évêque d’Alet en Saint-Servan. Au XIIème siècle l’évêque Jean de Châtillon transféra son siège à « Saint-Malo de l’Isle », y bâtit sa cathédrale et entoura la ville d’un premier rempart.

Saint-Malo doit son nom au moine Maclow
Saint-Malo doit son nom au moine Maclow
Saint-Malo doit son nom au moine Maclow
Saint-Malo doit son nom au moine Maclow

Pendant le Moyen-âge, la cité se distingue par la bravoure de ses marins, son esprit d’indépendance et ses luttes avec les ducs de Bretagne qui construisirent le château. Au XVIème siècle les malouins participent à la découverte du nouveau monde en particulier Jacques Cartier qui prit possession du Canada au nom du roi de France de 1590 à 1594, la cité devint République indépendante ».

Saint-Malo doit son nom au moine Maclow
Saint-Malo doit son nom au moine Maclow
Saint-Malo doit son nom au moine Maclow
Saint-Malo doit son nom au moine Maclow

Les XVIIème et XVIIIème siècles marquèrent l’apogée de la cité comme port corsaire et marchand des plus importants de France. La ville se transforme en 1661. Un grand incendie entraîne sa reconstruction partielle en granit. Puis sous la direction de Vauban et de Garengeau furent réalisés les « accroissements » qui lui ont donné sa physionomie actuelle.

Saint-Malo doit son nom au moine Maclow
Saint-Malo doit son nom au moine Maclow
Saint-Malo doit son nom au moine Maclow
Saint-Malo doit son nom au moine Maclow

En août 1944, l’intra-muros est détruit à 80%, mais ses remparts sont épargnés. Le plan et le style de la ville reconstruit s’inspire largement de l’ancienne tout en s’adaptant à la vie moderne. Les monuments historiques ont été reconstruits à l’identique. Aujourd’hui, l’intra-muros est un centre-ville dynamique de 300 commerces.

Saint-Malo doit son nom au moine Maclow
Saint-Malo doit son nom au moine Maclow
Saint-Malo doit son nom au moine Maclow
Saint-Malo doit son nom au moine Maclow

René Trouin, sieur du Gué, dit Duguay-Trouin, né le 10 juin 1673 à Saint-Malo et mort le 27 septembre 1736 à Paris est un corsaire français. Né dans une famille d'armateurs malouins, il commence sa carrière en 1689 et reçoit, dès 1691, le commandement d'un navire. Son courage, le respect qu'il a gagné auprès de ses hommes, ainsi que ses victoires contre les Anglais et les Hollandais au cours des deux dernières guerres de Louis XIV lui ont assuré une ascension très rapide dans la hiérarchie maritime. Ses campagnes sont parmi les plus belles de l'histoire navale française.

Saint-Malo doit son nom au moine Maclow
Saint-Malo doit son nom au moine Maclow
Saint-Malo doit son nom au moine Maclow

François-René, vicomte de Chateaubriand, né à Saint-Malo le 4 septembre 1768 et mort à Paris le 4 juillet 1848, est un écrivain et homme politique français. Il est considéré comme l'un des précurseurs du romantisme français et l'un des grands noms de la littérature française.

Saint-Malo doit son nom au moine Maclow
Saint-Malo doit son nom au moine Maclow
Saint-Malo doit son nom au moine Maclow
Saint-Malo doit son nom au moine Maclow

L’Étoile du Roy est un trois-mâts carré, reproduction assez proche d'une frégate britannique de la Bataille de Trafalgar. Initialement baptisé Grand Turk il a été construit en 1996, en Turquie pour le besoin d'un film et apparaît dans la série télévisée britannique Hornblower. Cette réplique fut baptisée Grand Turk dans cette série TV où elle apparaît aux côtés de l’Étoile de France. Son pont ouvert est garni de canons lisses en carton. Il a participé aux célébrations du 200e anniversaire de la bataille de Trafalgar. En 2010, il est acquis par Étoile Marine Croisières, entreprise de Bob Escoffier. Il a été dès lors rebaptisé l’Étoile du Roy.

Saint-Malo doit son nom au moine Maclow
Saint-Malo doit son nom au moine Maclow
Saint-Malo doit son nom au moine Maclow
Saint-Malo doit son nom au moine Maclow

Partager cet article

Repost0
13 avril 2015 1 13 /04 /avril /2015 14:39

Rotheneuf (Rochers sculptés – 29 m), le Bénétin (18 m), N.-D. des Flots, Havre du Lupin, La Guimorais, île Besnard (44 m), le Petit Chevret (31 m), le Grand Chevret (44 m), GR34-GR du Pays Malouin, Pointe du Meinga (47 m).

Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf

Rattachée à la pointe du Meinga par le tombolo des Chevrets, l’île Besnard est devenue au fil du temps et des accumulations de sable une presqu’île. Ses hautes falaises dominent l’entrée du Havre de Rothéneuf. Ses terres étaient encore exploitées il y a quelques années mais la nature y reprend progressivement ses droits : ajoncs, genêts, bruyères et chèvrefeuille ont entamé la colonisation du plateau tandis que l’armérie maritime et la criste marine s’implantent dans les failles exposées aux embruns. A son sommet, un sémaphore a malheureusement été victime il y a peu de temps de la négligence humaine. Le sentier de douanier qui fait le tour de l’île permet d’observer une faune abondante. De là, la vue s’étend sur la baie de Saint-Malo et domine le Havre de Rothéneuf.

Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf

Le Havre de Rothéneuf : Vaste enclave de plus de 15 ha, le Havre de Rothéneuf est fermé au nord par l’Ile Besnard et le tombolo de la Guimorais et à l’ouest par la côte de Rothéneuf (Saint-Malo). Communiquant avec la mer par un étroit goulet sableux, le Havre assèche entièrement à marée basse, découvrant une importante vasière en fond de baie, traversée de marigots. On peut y observer, le long du tombolo des Chevrets, sur la grève des Mites, une bande d’herbus constitués de salicornes, d’obiones, d’atriplex et autres végétations caractéristiques des pré-salés.

Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf

La slikke, c’est-à-dire la zone de vase nue recouverte à chaque marée, héberge de nombreux mollusques et invertébrés qui servent de nourriture aux échassiers (courlis, aigrettes, gravelots…) et aux oiseaux limicoles (bernaches, tadornes de Belon…) Ils sont faciles à observer à la période des migrations. Pendant les grandes marées, le fort marnage réjouit les pêcheurs à pied qui arpentent sable et rochers à la recherche de lançons, étrilles, tourteaux et homards pour les plus chanceux.

Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf

Le Havre de Rothéneuf tirerait son nom d’une illustre famille, les Rothéneuf, dont on dit qu’ils étaient mi-corsaires, mi-contrebandiers. Du coté colombanais, il porte le nom de Havre du Lupin, du nom de la malouinière du Lupin qui domine la côte sur la partie sud.

Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf

Au fond du Havre, on peut encore voir les ruines d’un ancien moulin à marée, le seul du littoral d’Ille-et-Vilaine, les autres étant tous situés le long de la Rance. Il s’agirait du plus ancien moulin de mer de Bretagne, puisqu’il est cité dans des actes datés de 1180. C’était un moulin à cage de bois, à 2 roues, appuyé sur une digue de pierre qui profitait du fort marnage de l’endroit. Exploité jusqu’en 1899, il n’en subsiste malheureusement aujourd’hui que l’amorce de la digue.

Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf

Rotheneuf (Rochers sculptés – 29 m), le Bénétin (18 m), N.-D. des Flots, Havre du Lupin, La Guimorais, île Besnard (44 m), le Petit Chevret (31 m), le Grand Chevret (44 m), GR34-GR du Pays Malouin, Pointe du Meinga (47 m). Rattachée à la pointe du Meinga par le tombolo des Chevrets, l’île Besnard est devenue au fil du temps et des accumulations de sable une presqu’île. Ses hautes falaises dominent l’entrée du Havre de Rothéneuf.

Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf
Le Havre de Rothéneuf

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de gebete.reidid.over-blog.com
  • : la vie à Brest est dynamique, un IKEA, un tramway, Océanopolis, un stade nautique, un technopole, et des randonnées pédestres et cyclistes dans tout le Finistère. Les Chemins de COMPOSTELLE, La Loire à Vélo, le Chemin de Stevenson...
  • Contact

Recherche

Liens